La SAO permet aux participants de sentir qu’ils font partie de la collectivité et elle permet à la collectivité d’améliorer sa capacité d’attraction et de rétention…

Caroline Andrew
Prefesseur, Université d'Ottawa
J’ai été heureuse de voir une programmation relative à l’intégration du territoire algonquin et à la culture autochtone dans le cadre de la SAO 2014. Veuillez…

Linda Manning
Agrégée supérieure, Université d'Ottawa
Le Collège Algonquin a vraiment accueilli le monde entier hier! D’Irak, d’Iran, ou de Russie, et bien d’autres pays, nous avons accueilli près de 150 nouveaux arrivants…

Collège Algonquin
Comité organisateur pour la SAO 2014
Le Conseil du PLIO est déterminé à jouer un rôle de premier plan. En quelques années, nous avons mis de l’avant une vision et des priorités communes, et nous en sommes…

Salimatou Diallo
Vice-président, Conseil du PLIO;, Assemblée de la francophonie de l’Ontario
Historiquement, les immigrants ont toujours joué un rôle important à Ottawa. Ils participent à notre prospérité économique, diversifient notre culture et contribuent…

Jim Watson
Maire d'Ottawa
Le PLIO contribue à regrouper et à partager des ressources limitées en maximisant l’effet d’une approche collective dans le domaine de l’enseignement.

Walter Piovesan
Directeur adjoint en éducation, Ottawa Carleton District School Board
Notre atelier de la SAO 2014 a contribué de manière considérable à dynamiser l’action sur la question de l’équité en connectant des professionnels qui autrement…

Yumi Kotani
Gestionnaire, Projet Équité d’Ottawa
Le Canada a été façonné par des gens venus des quatre coins du monde pour bâtir ce pays. La Semaine d’accueil à Ottawa offre une plateforme aux résidents d’Ottawa…

Alex Munter, président du Conseil du PLIO et président-directeur général du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario et Centre de traitement pour enfants d’Ottawa.
Les immigrants sont essentiels pour Ottawa. Il est crucial de reconnaître leur contribution à notre vitalité culturelle et économique.

Jessica Brichta
Le Conference Board du Canada
Le Centre de services communautaires chinois d’Ottawa est tellement heureux de s’être joint à la table sectorielle sur la santé et le bienêtre du PLIO. Il est clair…

Wendy Tang, Centre de services communautaires chinois d’Ottawa

La lutte pour des congés maladie payés à l’Hôtel de Ville

March 25, 2021

Par le conseiller Shawn Menard

À l’automne 2020, j’ai déposé une motion au Conseil municipal qui demandait au maire Watson d’écrire une lettre au gouvernement Ford exigeant qu’il établisse un congé maladie avec protection de l’emploi uniforme, ce qui permettrait aux travailleurs d’avoir 10 jours de congé maladie reliée à la COVID-19.

L’idée des congés maladie payés en Ontario avait du sens : notre municipalité et notre bureau de santé publique devaient déjà gérer les conséquences de l’absence d’une telle politique, et il existait de nombreuses preuves, bien avant la pandémie, que des congés maladie payés seraient bénéfiques non seulement pour les travailleurs mais pour les entreprises également.

Malheureusement, le maire et de nombreux conseillers municipaux se sont opposés à cette motion, avançant que cela allait à l’encontre des intérêts des entreprises et ne relevait pas de la compétence de la municipalité. Répétant le discours du gouvernement Ford, la prestation pour congé maladie du gouvernement fédéral a aussi été utilisée comme raison de cette inaction à l’Hôtel de Ville. Cependant cette prestation fédérale n’excuse par les gouvernements provinciaux qui ont pour compétence les milieux de travail, d’autant que la prestation fédérale est très inadéquate.

Shawn Menard, conseiller municipal représentant le quartier Capitale

Nous croyons simplement, contrairement à la prestation fédérale, que les travailleurs devraient pouvoir s’absenter de leur travail quand ils sont malades, sans que cela ne soit contingenté à un pourcentage de jours d’absence pendant une semaine précise, sans que la maladie soit confinée à deux semaines d’une année calendaire, sans qu’il y ait une réduction de revenu pour une absence liée à une maladie, et sans l’incertitude d’une demande après le fait.

L’étroitesse d’esprit de l’opposition au Conseil a été décevante, mais notre bureau était déterminé à amener la question auprès du Conseil de santé (dont je suis membre) pour être discutée. Malgré un peu d’opposition, notre motion déposée auprès du Conseil de santé le mois dernier a été approuvée. Le Conseil de santé d’Ottawa a maintenant joint sa voix à celui de Toronto pour demander à la province d’exiger que les employeurs fournissent au moins cinq jours de congé maladie par année à leurs travailleurs, et qu’elle fournisse l’appui nécessaire aux employeurs pour porter ce chiffre à 10 jours dans le cas d’une urgence liée à une maladie infectieuse déclarée comme la COVID-19.

Ce besoin ne s’est jamais fait autant ressentir.

Nous avons analysé les données publiques de la ville sur les éclosions communautaires pour préparer notre motion au Conseil de santé. Nous avons vu que 75% des éclosions communautaires connues à Ottawa étaient des éclosions en milieu de travail, et plusieurs d’entre elles (38,3%) semblaient associées avec des milieux de travail du secteur des services (secteur où les employeurs donnent rarement des congés maladie payés). Les milieux de travail continuent d’être la source la plus importante d’éclosions communautaires à Ottawa, et si nous voulons atténuer cette source de transmission, alors la province doit donner aux travailleurs les appuis nécessaires pour qu’ils puissent rester chez eux quand ils sont malades.

Heureusement, des voix toujours plus nombreuses se font entendre en faveur des congés maladie payés en Ontario, dont celles des professionnels de la santé partout en province, de plusieurs municipalités ontariennes, des membres de l’opposition à Queen’s Park, et des activistes défendant les travailleurs (particulièrement ceux impliqués dans le mouvement Fight for $15 & Fairness). Même la Chambre de commerce de l’Ontario a changé de ton sur ce sujet.

Il faut bâtir sur cet élan, augmenter la pression sur ce gouvernement archaïque qui ne se soucie que des très riches. Nous sommes fiers d’avoir contribué modestement à cette cause. Cependant, la bataille pour une ville et une province qui se soucient avant tout des personnes, est loin d’être terminée. Nous devons nous engager et exiger plus du monde politique et des politiciens.

Shawn Menard est conseiller municipal représentant le quartier Capitale et est membre du Conseil de santé d’Ottawa.