Les immigrants sont essentiels pour Ottawa. Il est crucial de reconnaître leur contribution à notre vitalité culturelle et économique.

Jessica Brichta
Le Conference Board du Canada
La SAO permet aux participants de sentir qu’ils font partie de la collectivité et elle permet à la collectivité d’améliorer sa capacité d’attraction et de rétention…

Caroline Andrew
Prefesseur, Université d'Ottawa
Nous sommes très heureux d’avoir réalisé le rapport Le cout de renonciation de ne pas investir dans les services d’interprétariat – c’est tellement important de…

Hindia Mohamoud, directrice, PLIO
Le Centre de services communautaires chinois d’Ottawa est tellement heureux de s’être joint à la table sectorielle sur la santé et le bienêtre du PLIO. Il est clair…

Wendy Tang, Centre de services communautaires chinois d’Ottawa
La Ville d’Ottawa continuera à jouer un rôle prépondérant pour la mise en œuvre de la Stratégie pour l’immigration à Ottawa, tout comme pour la fondation du PLIO.  

Steve Desroches
Conseiller municipal et maire suppléant d’Ottawa
La collectivité dans son ensemble, y compris les immigrants, profite du travail du PLIO. En peu de temps, nous avons semé ensemble des graines pour le développement d’Ottawa.

Dick Stewart
Conseil du PLIO
Le Canada a été façonné par des gens venus des quatre coins du monde pour bâtir ce pays. La Semaine d’accueil à Ottawa offre une plateforme aux résidents d’Ottawa…

Alex Munter, président du Conseil du PLIO et président-directeur général du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario et Centre de traitement pour enfants d’Ottawa.
Le travail et l’expertise que le PLIO apporte à notre communauté est si important que cela nous aide à construire des ponts et à briser les silos. Je suis impatient…

Jim Watson, Maire d’Ottawa
Notre atelier de la SAO 2014 a contribué de manière considérable à dynamiser l’action sur la question de l’équité en connectant des professionnels qui autrement…

Yumi Kotani
Gestionnaire, Projet Équité d’Ottawa
Historiquement, les immigrants ont toujours joué un rôle important à Ottawa. Ils participent à notre prospérité économique, diversifient notre culture et contribuent…

Jim Watson
Maire d'Ottawa

Immigration et les personnes aînées à Ottawa: besoins, services, enjeux

July 23, 2014

Par Luisa Veronis

Le 23 juin 2014, dans le cadre de la Semaine d’accueil à Ottawa (SAO), le Groupe de recherche sur la diversité et l’équité (GRDE) a organisé un séminaire interactif axé sur l’un des aspects les moins discutés de l’immigration: l’immigration et les besoins des personnes âgées à Ottawa.

Un panel expert de conférenciers représentant les organismes ayant des programmes dans le domaine des services aux nouveaux arrivants aînés a été invité à présenter les principaux enjeux et de faciliter la discussion. Les membres du panel étaient: Jessica Lin et Miranda Chan du Centre de services de la communauté chinoise d’Ottawa (OCCSC); Ana Maria Cruz-Valderrama du Club Casa de los Abuelos à Ottawa; et Jacqueline Nyiramukwende de l’Initiative : ville pour toutes les femmes (IVTF). Elles ont fourni un portrait riche du profil diversifié de personnes âgées immigrantes à Ottawa, les services qui existent actuellement pour ce groupe démographique en particulier, ainsi que les nombreux défis et enjeux concernant la façon de répondre aux besoins de cette population vulnérable.

Un groupe diversifié ayant des besoins divers

Tous les présentateurs ont souligné que les aînés immigrants sont un groupe très diversifié et ont donc des besoins très divers. Il y a des considérations importantes à tenir en compte pour comprendre les besoins de ce groupe, tels que l’âge (les «jeunes vieux», les «vieux» et les «très vieux»); l’invalidité et la mobilité; l’origine ethnique et culturelle; la connaissance des langues officielles; la catégorie d’immigration et l’âge à l’arrivée (par exemple ceux qui sont venus comme travailleurs qualifiés dans la cinquantaine par rapport à ceux qui ont été parrainés à un âge avancé par leurs enfants adultes); et la disponibilité des membres de la famille au Canada, entre autres choses.

En raison de ces profils diversifiés la gamme de supports requis est tout aussi variée: apprendre la langue; être éduqués sur la société et la culture canadiennes ainsi que leurs droits au Canada; accéder à des services de santé appropriés ou adaptés à la culture; accéder à des ateliers de compétences de vie; développer des réseaux sociaux et sortir de l’isolement; et accéder à des services de santé mentale. Cette liste n’est pas exhaustive mais illustre certains types de supports nécessaires.

Dans l’ensemble, la santé mentale est une question importante pour les aînés immigrants. Beaucoup d’entre eux souffrent de dépression due au choc culturel et dans certains cas l’isolement, mais il n’y a pas assez de psychologues qui peuvent répondre à leurs besoins. Une autre observation plus générale est que les personnes âgées ont besoin de rester actives physiquement (en fonction de leurs niveaux de mobilité et capacités). Ceci est important non seulement pour leur aider à maintenir une bonne santé physique, mais aussi pour faire de nouvelles amitiés; pour créer de nouveaux souvenirs; pour s’impliquer dans une variété d’activités et pour développer des (nouveaux) intérêts afin de rester intellectuellement alerte et éviter la dépression.

Selon les participants au séminaire, le bénévolat est une excellente façon d’aider les aînés à demeurer actifs tout en s’impliquant dans la société canadienne. En fait, les immigrants âgés sont une ressource bénévole inexploitée. Par exemple, il est très utile d’avoir les personnes âgées plus jeunes et plus mobiles qui aident ceux qui sont plus âgés et moins mobiles.

Services à Ottawa

Une cartographie rapide des organismes, des agences et des communautés qui offrent des services aux aînés immigrants à Ottawa a été menée: le CÉSOC, la communauté sikh, la communauté arabe et OCISO sont parmi les principaux fournisseurs.

Le OCCSC en collaboration avec les Services à la famille juive d’Ottawa (JFS) a le programme le plus vaste de services pour les personnes immigrantes âgées. Leurs services comprennent: des ateliers sociaux et de santé; des séances d’information sur le Canada; des cours d’anglais; des pique-niques et des sorties; des clubs sociaux (groupes de chant, karaoké, soirées dansantes); conseils juridiques; un système de jumelage et des services téléphoniques; un soutien à domicile (dispensateur de soins et nettoyage); ainsi que des conseillers pour personnes âgées, l’ergothérapie et l’orientation, des services de santé mentale.

Le Club Casa de los Abuelos, d’autre part, est un organisme entièrement bénévole qui fonctionne depuis 2004 et qui a été un pionnier dans le domaine des services aux personnes âgées immigrantes à Ottawa. Ses services sont limités à la population de langue espagnole, et comprennent notamment de l’aide pour les personnes âgées à se connecter et une variété d’activités pour les maintenir actives. Fonctionnant avec un minimum de financement grâce au travail de personnes bénévoles, le Club Casa de los Abuelos offre une vaste gamme de programmes, y compris: l’aide au logement, des services de traduction, le soutien aux rendez-vous médicaux et hospitaliers, des séminaires sur une alimentation saine pour une vie saine, des activités de loisirs et de socialisation (sorties, ateliers, artisanat, fêtes de saison, un système de jumelage), ainsi que un soutien et une assistance dédiée aux personnes âgées vulnérables aux 24 heures.

Défis et enjeux

Approches de financement inadéquates: L’un des défis les plus importants lié aux personnes âgées immigrantes est le manque de financement dans le système dans son ensemble. En outre, de petits organismes communautaires bénévoles qui sont généralement mieux placés pour fournir des services aux nouveaux arrivants âgés ne reçoivent pas de financement; la plupart des fonds va à des organismes plus grands et/ou à des partenariats à but non lucratif. Malheureusement, le financement du gouvernement favorise les services génériques (« mainstream ») qui ne tiennent pas compte des différences et des sensibilités ethnoculturelles et linguistiques.

Un autre défi que confrontent les petits organismes communautaires est celui d’un manque de capacité à répondre aux exigences de reddition de comptes et d’information des bailleurs de fonds. En raison de la diversité ethnique et culturelle des aînés immigrants, les communautés sont les mieux placées pour répondre aux besoins de leurs aînés. Il est donc important de fournir les ressources et les conditions nécessaires pour soutenir les communautés et renforcer les capacités de base dans ce domaine.

Responsabilité: Une autre question importante est celle de la responsabilité: qui est responsable pour les personnes âgées immigrées? Qui doit subvenir à leurs besoins? Dans le contexte actuel de compressions budgétaires, une grande part de la responsabilité est téléchargée sur les communautés et les familles. Plus précisément, la plupart des travaux, les soins aux aînés immigrants, se fait sur une base bénévole et non rémunéré (en particulier par les femmes). Mais avec une population vieillissante qui grandit au Canada, cette tendance n’est pas viable et les différents niveaux du gouvernement devront faire face à la question.

Sensibilisation et lobbying: Un certain nombre de présentateurs ont expliqué qu’il est important de sensibiliser et conscientiser plus la population au sujet des besoins des aînés immigrants et de faire pression sur les politiciens. Certains ont fait valoir que les immigrants âgés sont souvent sans voix et traités comme des citoyens de seconde classe. Mais comme les aînés représentent un groupe électoral important, une stratégie qui peut être fructueuse est de faire pression sur les politiciens au sujet des besoins de ce groupe démographique vulnérable.

Manque d’information: Il y a un manque d’information sur les services et les programmes qui sont disponibles pour les aînés immigrants à Ottawa, un défi qui est aggravé par les barrières linguistiques auxquelles les aînés immigrants sont confrontés.

Recherche intersectionnelle nécessaire: On en sait peu sur la question des aînés immigrants parce qu’il s’agit d’un enjeu relativement nouveau. Il est donc nécessaire de poursuivre des recherches dans ce domaine, en particulier en utilisant une approche intersectionnelle qui examineront «l’âge», «l’immigration» et «l’origine ethnique» en combinaison afin d’influencer les politiques sur les aînés immigrants.

Quelques recommandations

  • Améliorer les services pour les aînés immigrants à Ottawa, à la fois en quantité et en qualité (par exemple, logement pour les personnes âgées).
  • Mettre en place des ateliers (par exemple sur les compétences de vie), des séances d’éducation (sur les droits humains, sur le système des soins de santé, sur comment les immigrants aînés peuvent contribuer à la société canadienne) et des activités sociales.
  • Promouvoir le bénévolat chez les aînés immigrants: par exemple, ceux qui sont plus mobiles peuvent aider ceux qui sont moins mobiles. Le bénévolat est aussi un excellent moyen pour les aînés immigrants de contribuer à la société canadienne.


Aller de l’avant: SAO 2015

En conclusion, il est nécessaire de poursuivre et de concentrer nos efforts sur les questions touchant les personnes âgées immigrantes. Les participants au séminaire ont discuté de la possibilité d’organiser un événement au cours de la SAO 2015 qui mettrait l’accent sur ​​cet enjeu important. Quelques idées présentées incluaient l’offre d’un atelier pour les aînés immigrants (sur les compétences de vie, d’éducation et d’information, une activité d’artisanat, etc.) ainsi qu’un événement de nature plus sociale avec la participation des aînés immigrants de diverses communautés. De cette façon, les personnes immigrantes âgées seraient directement impliquées et feraient partie de la SAO!

Si vous avez des questions, des idées ou des commentaires sur les conclusions et les idées proposées dans ce blog, s’il vous plaît contacter la professeure Luisa Veronis: lveronis@uottawa.ca.

Photo: L’équipe de bénévoles du Club Casa de los Abuelos en compagnie du député provincial Yasir Naqvi qui a reconnu les bénévoles pour leur altruisme et leur engagement au service de personnes âgées isolées. Célébration du 10e anniversaire. (Photographie: Eco Latino)

Le GRDE (Groupe de recherche sur la diversité et l’équité) est une initiative conjointe de PLIO (Partenariat local pour l’immigration d’Ottawa) et de la Faculté des arts à l’Université d’Ottawa. Une collaboration établie en 2012, il se consacre à l’avancement de la compréhension des questions de diversité et d’équité à travers la recherche interdisciplinaire et le dialogue soutenu entre chercheurs, praticiens et décideurs politiques. Comme plate-forme idéale pour accomplir son mandat, le GRDE a accueilli des séminaires au cours de la Semaine d’accueil à Ottawa (SAO) éditions de 2013 et de 2014. En 2013, le GRDE a présenté un séminaire intitulé “Attraction et intégration des immigrants francophones à Ottawa» et en 2014 il a attiré l’attention sur les enjeux des aînés immigrants à Ottawa.