Le séminaire de la SAO sur la nutrition et la santé des femmes immigrantes était un pas dans la bonne direction pour réduire l’écart entre les chercheurs en milieu…

Joséphine Etowa
Professeure agrégée , École des sciences infirmières, Université d'Ottawa
Le travail et l’expertise que le PLIO apporte à notre communauté est si important que cela nous aide à construire des ponts et à briser les silos. Je suis impatient…

Jim Watson, Maire d’Ottawa
La Ville d’Ottawa continuera à jouer un rôle prépondérant pour la mise en œuvre de la Stratégie pour l’immigration à Ottawa, tout comme pour la fondation du PLIO.  

Steve Desroches
Conseiller municipal et maire suppléant d’Ottawa
La SAO permet aux participants de sentir qu’ils font partie de la collectivité et elle permet à la collectivité d’améliorer sa capacité d’attraction et de rétention…

Caroline Andrew
Prefesseur, Université d'Ottawa
Je suis très impressionnée par le niveau d’énergie et l’engagement des intervenants autour de la table et j’ai hâte de prolonger la collaboration entre le PLIO et…

Marcela Tapia
Santé publique d’Ottawa
Historiquement, les immigrants ont toujours joué un rôle important à Ottawa. Ils participent à notre prospérité économique, diversifient notre culture et contribuent…

Jim Watson
Maire d'Ottawa
Le Canada a été façonné par des gens venus des quatre coins du monde pour bâtir ce pays. La Semaine d’accueil à Ottawa offre une plateforme aux résidents d’Ottawa…

Alex Munter, président du Conseil du PLIO et président-directeur général du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario et Centre de traitement pour enfants d’Ottawa.
Notre atelier de la SAO 2014 a contribué de manière considérable à dynamiser l’action sur la question de l’équité en connectant des professionnels qui autrement…

Yumi Kotani
Gestionnaire, Projet Équité d’Ottawa
La collectivité dans son ensemble, y compris les immigrants, profite du travail du PLIO. En peu de temps, nous avons semé ensemble des graines pour le développement d’Ottawa.

Dick Stewart
Conseil du PLIO
Le Centre de services communautaires chinois d’Ottawa est tellement heureux de s’être joint à la table sectorielle sur la santé et le bienêtre du PLIO. Il est clair…

Wendy Tang, Centre de services communautaires chinois d’Ottawa

Questions et réponses avec la Dre Etches sur la situation de la COVID-19 à Ottawa

May 7, 2021

La Dre Vera Etches, médecin chef en santé publique d’Ottawa, s’est jointe à la table sectorielle sur la santé et le bien-être du PLIO le vendredi 30 avril 2021 pour faire le point sur la COVID-19 et l’état d’avancement de la vaccination à Ottawa. Vous trouverez ci-dessous un résumé de sa présentation et de la discussion qui a suivi.

Quelle est la situation actuelle du COVID à Ottawa ?

Les gens ont pu limiter leurs contacts, ce qui a entraîné une diminution du taux de COVID-19 dans la communauté, mais il est encore très élevé. Il est aussi élevé qu’en janvier et à l’automne dernier. Nous sommes donc à un point où nous ne pouvons pas réouvrir les écoles pour le moment, bien que nous espérions que la situation s’améliore d’ici la fin du mois. Nous n’en sommes pas encore là. Nous commençons peut-être tout juste à voir une diminution des hospitalisations de personnes atteintes du COVID-19. Il faut plus de temps lorsque les gens sont admis à l’hôpital et, malheureusement, vous voyez des visites aux soins intensifs et les décès peuvent rester élevés plus longtemps.

Il existe un modèle clair d’inégalité en termes de dépistage positif.  Cela se voit dans les quartiers où il est difficile d’avoir un logement adéquat et où il y a un nombre disproportionné de personnes ayant un emploi à l’extérieur de leur domicile, avec un plus grand risque d’exposition. Les modèles d’emploi et de logement n’ont pas changé, de sorte que les modèles d’iniquité ne changent pas à court terme, malgré les efforts ciblés visant à accroître le soutien aux personnes vivant dans les quartiers moins favorisés.  Nos interventions collectives ont de l’importance dans la poursuite de l’équité dans la manière de promouvoir la sensibilisation à la COVID-19 et l’accessibilité aux mesures de prévention de la COVID-19, en particulier dans les communautés où les taux de la COVID-19 sont plus élevés. Pour cela, je suis très reconnaissante de notre partenariat avec le PLIO, le Groupe de travail sur les besoins humains, et d’autres. Grâce à notre partenariat, les gens peuvent maintenant s’isoler dans un centre d’isolement volontaire, avoir accès à de la nourriture et à des mesures de soutien du revenu, etc.

J’aimerais qu’il y ait de réels progrès en matière de congés de maladie payés pour les travailleurs essentiels.  Le Conseil de santé d’Ottawa a plaidé auprès de la province pour qu’elle accorde des congés de maladie afin que les gens puissent rester à la maison lorsqu’ils sont malades. On apprend maintenant qu’il y a eu des progrès, mais il faut en faire davantage. Cette politique et d’autres politiques qui permettent l’équité sont importantes parce que nous avons encore de la covid-19 dans les communautés.

Dre Vera Etches, médecin chef en santé publique d’Ottawa.

Nous devons également reconnaître que les gens ne meurent pas au même rythme qu’avant ; les adultes plus âgés sont mieux protégés par le vaccin. À Ottawa, il y a maintenant un niveau élevé de couverture vaccinale pour les personnes âgées de 90, 80 et 70 ans.  Et nous avons maintenant atteint notre objectif de protéger 75 % des personnes dans la soixantaine. C’est une bonne chose, car même avec les niveaux élevés de cas de la COVID-19, nous ne voyons pas le même niveau de décès dans ces groupes d’âge.

Certains se demandent si les variantes de la covid provoquent des maladies plus graves chez les jeunes. C’est possible, mais le vrai problème est que nous avons beaucoup de COVID-19 dans la communauté et qu’il atteint donc davantage de personnes plus jeunes.  Néanmoins, l’infection par la COVID-19 et l’hospitalisation sont nettement moins fréquentes chez les personnes de moins de 40 ans que chez les adultes plus âgés.

Comment le SPO parvient-il aux personnes les plus exposées ?

Maintenant que nous avons protégé la majorité des personnes âgées, le prochain groupe séquencé est celui des personnes qui ne peuvent pas travailler à domicile, dont beaucoup sont des nouveaux arrivants et des personnes racialisées. La province a annoncé une nouvelle approche pour les communautés où les taux de la COVID-19 sont élevés. À l’échelle de la province, les taux sont calculés en fonction de l’âge, car il fallait protéger les personnes âgées, et le nombre d’âge est maintenant réduit à 50 ans et plus.

La province considère fortement les “hotspots”.  Il s’agit de quartiers où les taux de la COVID-19 sont élevés et qui ont perduré dans le temps.  Pour Ottawa, certains des 21 quartiers que nous avions identifiés comme prioritaires pour le séquençage des vaccins sont maintenant désignés par la province comme des points chauds. Pour les habitants de ces quartiers, l’admissibilité a été ramenée à 18 ans et plus. C’est vraiment important et nous devons faire passer le mot aux personnes vivant dans ces quartiers.

L’accès est également plus facile pour les personnes souffrant de problèmes de santé. Et l’accès à la vaccination pour le premier groupe de personnes qui ne peuvent pas travailler à domicile (travailleurs agricoles, éducateurs, personnes réagissant à des événements critiques, construction de logements, etc.) a commencé. La semaine prochaine, le deuxième groupe de personnes qui ne peuvent pas travailler à domicile sera éligible, comme les travailleurs impliqués dans le transport et le commerce de détail. Le groupe d’âge va également diminuer un peu et d’ici la fin mai, n’importe quel adulte pourra prendre un rendez-vous dans le système provincial.

Équité et confiance dans les vaccins

La question de la confiance dans les vaccins est l’un des nombreux aspects de notre approche visant à instaurer l’équité dans le processus de vaccination.  Avec ce principe d’équité dans la vaccination, nous avons commencé à créer des plateformes pour répondre aux préoccupations de manière ciblée.  Et nous savons que nous devons redoubler d’efforts pour donner accès à l’information sur les vaccins aux communautés présentant des taux élevés de la COVID-19, lorsque nous abordons les préoccupations liées aux vaccins. Cependant, je dirais aussi que jusqu’à présent, il y a eu un nombre limité de vaccins disponibles, donc je ne pense pas que nous ayons vraiment testé les limites qui peuvent exister pour assurer des niveaux élevés d’utilisation des vaccins dans les 21 quartiers prioritaires.  Même si les gens parlent d’hésitation ou de confiance à l’égard des vaccins, dans la pratique, nous n’avons pas eu un nombre suffisant de vaccins pour atteindre tous ceux qui en voulaient un. En fait, les sondages que nous avons effectués à Ottawa montrent qu’à peu près tout le monde veut être vacciné.

Aujourd’hui plus que jamais, nous nous efforçons d’allouer des vaccins et de mettre en place des cliniques de vaccination dans les 21 quartiers prioritaires d’Ottawa, alors que parallèlement l’accès à la population générale augmente.  Sans cette poussée ciblée pour vacciner les résidents des quartiers qui font face à des obstacles, nous continuerons à constater des inégalités dans les personnes vaccinées.

Quel sera l’impact de l’allocation de vaccins aux pharmacies sur l’approvisionnement pour les quartiers prioritaires ?

Nous prévoyons de protéger l’approvisionnement disponible pour les quartiers ciblés.  Et je peux vous dire que nous doublons, voire quadruplons, l’approvisionnement des quartiers ce mois-ci et que cela se poursuivra tout au long du processus de vaccination de la population.

L’utilisation des données

Nous recueillons des données sur la couverture vaccinale dans les quartiers, ce qui nous permettra de comparer 21 quartiers moins avantagés – qui ont tendance à avoir une forte concentration d’immigrants et de population racialisée – aux quartiers à revenu élevé et moyen. Je tiens à féliciter le PLIO et les autres personnes qui travaillent sur l’équité dans le cadre de la COVID-19, car au départ, nous avons constaté très peu d’inégalités dans la couverture vaccinale entre les groupes de quartiers selon le revenu. Nous commençons à constater une certaine inégalité, car une plus grande partie de la population générale à accès à la vaccination par le biais des grandes cliniques communautaires.  Il est important de continuer à mesurer ces inégalités, car nous pouvons les modifier à mesure que nous les constatons.

La dernière semaine d’avril, nous avons atteint environ 33 % de la population d’Ottawa âgée de plus de 18 ans qui avait reçu une dose de vaccin contre la COVID-19 ; mais seulement six des 21 quartiers avaient atteint des taux de couverture supérieurs à 30 %. La plupart des quartiers avaient des taux de couverture dans les 20 % et trois avaient des taux de couverture dans les 10 %. Dans ces trois quartiers, plus de 50 % des résidents s’identifiaient comme appartenant à une population racialisée.

Ce lien entre les populations racialisées et les taux de couverture inférieurs n’est pas universel dans les 21 communautés, car il existe d’autres communautés dont plus de 50 % des habitants s’identifient comme appartenant à une population racialisée et dont le taux de couverture est supérieur à 30 %. Cela vous montre qu’il y a du travail à faire. Notre équipe utilise les données et les contributions des partenaires sur les obstacles à l’adoption du vaccin afin de créer des approches à faible barrière.  Par exemple, nous organisons des cliniques pop-up dans ces quartiers.

Les lieux de travail peuvent-ils être utilisés comme sites de vaccination pour s’assurer que nous ne manquons pas de travailleurs essentiels ?

La vaccination sur le lieu de travail fait l’objet de discussions, mais elle pourrait devenir moins pertinente à mesure que d’autres voies d’accès à la vaccination sont créées pour les travailleurs.

Un énorme travail de collaboration est en cours, et beaucoup de ces efforts impliquent le PLIO.  Je tiens donc à remercier la Table sectorielle Santé et bien-être du PLIO pour les efforts importants mobilisés qui continuent de porter leurs fruits.